Nous voilà à Gevrey pour les Joyaux en Côte de Nuits qui regroupent Marsannay, Fixin et Gevrey.

Chez Pierre Gélin, on goûte les 13. Le Fixin la Cocarde retient particulièrement notre attention, avec les Clos Napoléon bien sûr. Les vins sont impeccables, comme toujours.

Chez Marchand-Tawse, on déguste les Gevrey vinifiés par Mark Fincham sous la marque domaine Maume. Mark travaille tout en délicatesse et ses Villages en 2014, comme ses Bourgognes Pinots noirs, sont une expression parfaite de son travail. Les Champeaux sont plus resserrés. A suivre.

On retrouve Amélie Berthaut sur ses Fixin 2014. Village superbe, on nous promet des grands En Combe Roy qui ne sont pas proposés à la dégustation. Sur les Gevrey, les Cazetiers sont très prometteurs. Mais le saint Graal est pour 2015, avec des Suchots dont Amélie s’est occupée amoureusement et personnellement. Son travail est si convainquant qu’on les réserve directement! A goûter au restaurant… dans quelques années!

Nous embrassons Sophie et Pierre Boillot, du Domaine Lucien Boillot. Les Cherbaudes, en 2014, sont toujours pleine de charme. Comme Sophie.

On salue Madame Roy mère et bientôt grand-mère. En plus de magnifiques 2015, Alexandrine accouchera, deux jours plus tard, d’une petite Romanée! Tous nos voeux à sa fantastique vigneronne de Maman!

On s’arrête chez Philippe Joliet pour déguster son Clos de la Perrière, Fixin d’exception, en 2014. Parfait. Mais on est ébloui par son Fixin 1er Cru, issu des jeunes vignes du Clos. Absolument extraordinaire en 2014!

Sylvain Pataille, toujours débordé, n’est pas à son stand. Partie remise, on refera le monde le lendemain soir dans les rues de Beaune, entre La Buissonière, tenue par une des soeurs Chevalier et La Lune, deux très jolis restaurants de la rue Mauffoux. Et les vins sont toujours aussi beaux.

Puis chez Pierre et Sarah Naigeon, on goûte très bien les 14. La gamme nous est très familière, on la propose au restaurant depuis longtemps. On en profite pour être émerveillé par les Cherbaudes 2005, en Gevrey 1er Cru. C’est très beau, vraiment très beau.

Le soir, on dîne avec Dominique Derain, dont le travail très pointu en biodynamie et le gros caractère garantissent de belles émotions! Le lendemain, il part à Paris, où une dégustation autour de ses vins est organisée chez nous aux Climats. Grand succès nous dira-t-on le lendemain. On termine dans les bars de Beaune pour remettre la Bourgogne à plat.

Comment