Le LIADOU d'ALBRAC...

1 Comment

Le LIADOU d'ALBRAC...

Au cœur du village de Laguiole en Aveyron, une nouvelle manufacture de couteaux s'est installée il y a quelques années dans les anciens locaux de Michel Bras : La Coutellerie D’ALBRAC (*).
Ca n’a pas échappé longtemps à notre aveyronnais de Chef, Julien, qui a découvert au printemps dernier ce petit trésor de son « pays »…

Cette entreprise de passionnés met tout en œuvre pour fabriquer, intégralement à la main, des couteaux d’exception en alliant le savoir-faire ancestral (qui a fait du couteau de Laguiole le mythe qu’on connait), aux techniques de coutellerie à la pointe de la modernité et de l’innovation.

Denis et Carole sont allés rencontrer les couteliers et ont choisi avec notre Chef Julien de prendre pour Les Climats le couteau des vignerons de Marcillac (on ne se refait pas…), le LIADOU.
Le liadou était d’utilisation courante à la fin du 19è et au début du 20ème,avant de disparaître complètement entre les 2 guerres.
Les vignerons l’avaient dans leur poche pour casser la croûte mais aussi et surtout pour travailler à la vigne: le Liadou était utilisé pour fendre les branches d’osier utilisées pour lier les ceps de vigne et former une couronne. Sa lame typique, épaisse et pointant vers le bas, son ressort à cran plat, ferme et nerveux en faisait un outil fiable et durable, aussi pratique pour les travaux viticoles que pour la table. Progressivement, le travail de lier la vigne fut abandonné au profit d’une autre technique, condamnant ainsi le Liadou à l’oubli. En retombant, presque par hasard sur un modèle ancien, La coutellerie D’ALBRAC a décidé de faire renaître le Liadou pour préserver cet authentique objet du patrimoine aveyronnais, chargé d’une profonde histoire locale.

Celui des CLIMATS est équipé d’une lame en acier carbone comme à l’origine, et d’un plein manche de 12 cm en buis. Il est entièrement fabriqué à la main dans les ateliers D’ALBRAC , à partir de pièces exclusivement fabriquées en Aveyron. (Il faut une bonne heure et demi pour fabriquer chaque exemplaire).

Nous, au delà de son histoire très inspirante, nous adorons sa prise en main…

Et voilà, chez nous, même les couteaux ont une histoire ;-)

(*) Au moyen-âge, Aubrac se dit « Albrac » et les premiers outils tranchants et taillants sont fabriqués dans la Seigneurie de Laguiole pour les paysans locaux. Ils donneront naissance à l’emblématique " capuchadou ", ancêtre du couteau de Laguiole.

1 Comment

 Les GJB 2016 DE CAROLE & DENIS - Jeudi 24 mars

Comment

Les GJB 2016 DE CAROLE & DENIS - Jeudi 24 mars

Le matin, on retrouve Pierre Vincent et Sylvie Poillot au Domaine de la Vougeraie pour la dégustation des 14.

Le travail de Pierre est toujours aussi impressionnant. La biodynamie est présente au Domaine depuis l’origine et la démarche est poussée à son paroxysme : séchage au domaine des bois - 2 ans - qui serviront à la confection des pièces, jardin ou sont cultivées les plantes qui serviront à réaliser les décoctions pour les traitements… Les sols sont labourés, les ceps buttés, bouse de corne, infusion d’ortie, la totale!

En vinif, une part de vendange entière, les vins ne sont pas foulés, très peu pigés, pas levurés, macération préfermentaire à froid courte, pressurage vertical, entonnage par gravité, élevage relativement courts (de 12 à 18 mois), ni collés, ni filtrés.

Et hop! des vins magnifiques!

On goute les 14 en bouteille. Les Gevrey sont un peu serrés, mais les Damodes en Nuits-Saint-Georges sortent très bien Le Clos de Vougeot, issus de deux parcelles, la première au nord située littéralement à l’entrée qui mène au Château, la seconde au milieu côté est, est déjà très beau et promet un grand vin; les Bonnes-Mares et le Musigny sont magnifiques, avec des nez particulièrement superbes.

En blanc, le Puligny, très opulent, est charmeur; le Clos blanc, étonnamment discret au nez, retrouve son habituelle expression en bouche, énorme! Le Bâtard est très charmeur, le Bienvenue, beaucoup plus énergique, impressionne; le Chevalier, plus minéral et plus délicat, coiffe tout le monde au poteau!

Pour fêter ça, nous partons déjeuner au Millésime à Chambolle, ou Pierre amène une belle collection de bouteilles!

Après le déjeuner, nous retrouvons Thibault Liger-Belair à Nuits-Saint-Georges pour goûter le Volnay 1er Cru Cuvée du Général Muteau que nous avons acheté aux Hospices de Beaune en 2015 et qu’il élève pour nous. Thibault nous a prévenu qu’il n’avait pas beaucoup de temps… On goûte rapidement le Volnay qui est encore dans son fût des Hospices, toujours un peu marqué. Le passage dans un fût d’un vin plus délicat est prévu dans la semaine.

En fait de visite rapide, on déguste toute la gamme du domaine, les 15 sur fût et les 14 en bouteilles!!

En 2015, le Nuits-Saint-Georges La Charmotte est parfait, déjà très agréable. Pour le Vosne Village aux Réas, on mélange dans le verre un fût neuf et un fût d’un vin. L’assemblage est un peu brouillé par une grosse réduction, mais le charme opère. Le Charme-Chambertin, 60% de vendange entière, est magnifique. Les Saint-Georges et les Corton sont plus serrés. Mais le Richebourg est incroyable. Grand vin!        

En 2014, Les Corton Renardes, en achat de raisin (Thibault Liger-Belair Successeurs) sont exceptionnels. 40 % vendanges entières, magnifiques. A noter également les Charmes Chambertin superbes.

Mais le clou du spectacle, ce sont les Vosnes Les Petits Monts. Tout en vendanges entières, tout en fût neuf, c’est sublimement bon!

On quitte Thibault pour se rendre aux Exception’Elles, la grande dégustation organisée par Femmes et Vins de Bourgogne.

On retrouve Francine Picard pour ses délicieux vins de Chassagne et Saint-Aubin en 14. Son Bourgogne Chardonnay est impeccable, Le Saint-Aubin 1er Cru Pitangerets est juste sublime. Très bien aussi le Chassagne Village En Pimont.

On passe également embrasser Virginie Taupenot-Daniel du Domaine Taupenot-Merme. Très jolis Saint-Romain rouges et magnifique Mazoyères, toujours en 14. Et au restaurant, vous pourrez découvrir le très étonnant Clos des Lambrays du domaine…

Pour finir, Carole embrasse Agnès Vitteaut, du domaine Vitteaut-Alberti, dont nous proposons toute la gamme de Crémants au restaurant. Agnès lui promet un Blanc de Blancs Brut Nature pour très bientôt.

Pour clore la journée en beauté, on est invité à dîner à Meursault chez Alexandre Brault, du domaine Alex Gambal, et sa très charmante épouse. On y retrouve Alex Gambal himself, François Mikulski, dont on connait bien les vins, François Buisson du domaine Buisson-Battaut, que l’on ne connaissait pas et qui est aussi charmant et délicat que ses vins, que vous pourrez découvrir au restaurant dès les 2013 tant ils nous ont plu.

Les origines romaines de notre hôtesse nous permettent également de découvrir Fabio Fantino, du domaine Conterno-Fantino à Montforte d’Alba dans le Piémont. Ses Barolos très classiques sont magnifiques, on en a commandé, mais ce sera un peu plus compliqué de les déguster aux Climats…

Sur toutes ces rencontres et après avoir bu les vins de chacun, nous terminons ce merveilleux repas sur un poiré Granit de Bordelet qui me met le coeur en joie, comme toujours. J’en profite pour discuter de tout avec n’importe qui, ce qui me permet de réorganiser le calendrier de l’église apostolique et romaine ainsi que la géologie des bas de Gevrey-Chambertin. Il est grand temps d’aller se coucher.

 

 

Comment

Les GJB 2016 DE CAROLE & DENIS - Mercredi 23 mars

Comment

Les GJB 2016 DE CAROLE & DENIS - Mercredi 23 mars

On démarre par une visite dans les caves avec Pierre Duroché, du domaine du même nom à Gevrey, que nous a recommandé Adrian Cheong, charmant client, grand amateur de Bourgogne et néanmoins propriétaire à Bordeaux, notamment du Château Haut-Brisson!

Le domaine n’est pas très grand - 8 hectares - et le travail de Pierre est tout en délicatesse. Travail raisonné à la vigne, vinification peu interventionniste : Pierre fait peu de phrases! mais ses vins parlent pour lui.

Les 2105 sur fûts sont en pleine forme. Très délicats, les Gevrey Village sortent très bien. Les Lavaut et les Charmes sont déjà magnifiques; les Clos de Bèze sont sublimes.

En bouteille, on goûte particulièrement bien le Gevrey « Champ » en 2014 et les Champeaux 2013. Pierre nous promet quelques 2014… Pour le reste, on a déjà pris des options sur les 15!

Ensuite, en route pour les Tontons Trinqueurs

On commence par saluer Gilbert Picq. La rigueur de ses élevage sans bois est toujours un enchantement. En 2014, les Villages, Vaucoupin et Vosgros nous impressionnent particulièrement.

On s’arrête ensuite longuement pour voir Olivier Giroux du Domaine Clos des Rocs. Ses Pouilly-Loché, travaillés minutieusement, sont superbes. Mention spéciale, en 2014, pour les Mûres et bien sûr pour le Clos des Rocs, monopole du domaine.

On quitte les pinots noirs pour déguster les Crozes Hermitage de chez François Tardy, du domaine des Entrefaux. Propres à la vigne, propres à la vinification, les Pends nous plaisent bien. Bon, mais la Syrah, ça change quand même…

On file aux Exceptionnelles, dédiées aux vins de vigneronnes.

Avec Francine Picard, du Domaine au Pied du Mont Chauve, on déguste en 2014 un merveilleux Chardonnay 14, un Saint-Aubin Pitangeret magnifique et un très beau Chassagne village En Pimont. c’est très très bon, comme d’habitude.

Puis un beau Saint-Romain 2014, avec Virginie Taupenot du domaine Taupenot-Merme. A noter également, toujours en 14, un très joli Mazoyères-Chambertin, qui en plus garde son nom, quand tant d’autres se replient en Charmes.

Carole passe embrasser Agnès Vitteaut de la Maison de Crémant Vitteaut-Alberti qui nous promet un Blanc de Blanc extra Brut pour bientôt. On peut déjà déguster toute la gamme d’Agnès au restaurant.

Pour finir, on dine avec Anne et Pascal Maizière. On s’amuse beaucoup, surtout après un Meursault de Berthelomot, un beau Richebourg 09 de Thibault Liger-Belair, plusieurs vins de Sylvain Pataille qu’on a retrouvé dans la rue avec les Pommiers de Chablis, et quelques autres bouteilles…

 

 

Comment

Les GJB 2016 DE CAROLE & DENIS - le 22 mars suite!!!

Comment

Les GJB 2016 DE CAROLE & DENIS - le 22 mars suite!!!

Nous voilà à Gevrey pour les Joyaux en Côte de Nuits qui regroupent Marsannay, Fixin et Gevrey.

Chez Pierre Gélin, on goûte les 13. Le Fixin la Cocarde retient particulièrement notre attention, avec les Clos Napoléon bien sûr. Les vins sont impeccables, comme toujours.

Chez Marchand-Tawse, on déguste les Gevrey vinifiés par Mark Fincham sous la marque domaine Maume. Mark travaille tout en délicatesse et ses Villages en 2014, comme ses Bourgognes Pinots noirs, sont une expression parfaite de son travail. Les Champeaux sont plus resserrés. A suivre.

On retrouve Amélie Berthaut sur ses Fixin 2014. Village superbe, on nous promet des grands En Combe Roy qui ne sont pas proposés à la dégustation. Sur les Gevrey, les Cazetiers sont très prometteurs. Mais le saint Graal est pour 2015, avec des Suchots dont Amélie s’est occupée amoureusement et personnellement. Son travail est si convainquant qu’on les réserve directement! A goûter au restaurant… dans quelques années!

Nous embrassons Sophie et Pierre Boillot, du Domaine Lucien Boillot. Les Cherbaudes, en 2014, sont toujours pleine de charme. Comme Sophie.

On salue Madame Roy mère et bientôt grand-mère. En plus de magnifiques 2015, Alexandrine accouchera, deux jours plus tard, d’une petite Romanée! Tous nos voeux à sa fantastique vigneronne de Maman!

On s’arrête chez Philippe Joliet pour déguster son Clos de la Perrière, Fixin d’exception, en 2014. Parfait. Mais on est ébloui par son Fixin 1er Cru, issu des jeunes vignes du Clos. Absolument extraordinaire en 2014!

Sylvain Pataille, toujours débordé, n’est pas à son stand. Partie remise, on refera le monde le lendemain soir dans les rues de Beaune, entre La Buissonière, tenue par une des soeurs Chevalier et La Lune, deux très jolis restaurants de la rue Mauffoux. Et les vins sont toujours aussi beaux.

Puis chez Pierre et Sarah Naigeon, on goûte très bien les 14. La gamme nous est très familière, on la propose au restaurant depuis longtemps. On en profite pour être émerveillé par les Cherbaudes 2005, en Gevrey 1er Cru. C’est très beau, vraiment très beau.

Le soir, on dîne avec Dominique Derain, dont le travail très pointu en biodynamie et le gros caractère garantissent de belles émotions! Le lendemain, il part à Paris, où une dégustation autour de ses vins est organisée chez nous aux Climats. Grand succès nous dira-t-on le lendemain. On termine dans les bars de Beaune pour remettre la Bourgogne à plat.

Comment

LES GJB 2016 DE CAROLE & DENIS - mardi 22 mars

Comment

LES GJB 2016 DE CAROLE & DENIS - mardi 22 mars

Dure journée! On commence par les Nuits-Saint-Georges. On salue tous le monde et on goûte. Parmi les nouveautés, on déguste chez Decelle-Villa et Marchand-Tawse.

Puis on passe pas mal de temps chez Philippe et Vincent Lécheneaut. On avait dégusté les 14 sur fût au domaine avec Vincent en novembre, on déguste les même en bouteilles avec les deux frères. Les vins sont justes magnifiques! Un bonheur!

Ensuite Vosne

Pour débuter, on découvre les vins d’Amélie Berthaut, qui reprend la vinification du domaine familial Berthaut-Gerbert avec l’appui de son père Denis. Les vins sont délicats, les extractions aussi. Ses Vosne sont superbes, le Village et les Petits Monts tout particulièrement. On reparlera d’elle pour ses Fixin plus tard dans la semaine. On pourra déguster ses vins au restaurant très bientôt. Attention! Jeune fille pleine de talents!

On passe déguster les vins de Jean-Yves Bizot, juste pour le plaisir de boire un des plus grands vins de Bourgogne. La joie pure que procure les vins de Jean-Yves est une des vraies raisons de vivre. On goûte aussi les vins parfaits de Claire Naudin, du Domaine Naudin-Ferrand. Les Echezeaux proposés à la dégustation sont très beaux, mais les Côtes de Nuits Cuvée Myosotis sont eux aussi exceptionnels.

On passe saluer Michel Mallard et déguster son délicieux Clos d’Eugènie. Le vins de ses parents, le domaine Michel Mallard à Ladoix, sont également remarquables, notamment les grands Ladoix.

On déguste chez Françoise et Nathalie Lamarche, Vosne Village et Suchots, tous les deux très beaux, avec de plus en plus de délicatesse.

Ensuite Louis-Michel Liger-Belair, du domaine Comte Liger-Belair. Les 2014 sont sublimes, comme d’habitude. Mention spéciale pour la Colombière, encore un village magnifié par Louis-Michel.

On s’arrête également chez Thibault Liger-Belair dont les Réas sont superbes. On dégustera les 15 sur fût et les 14 au domaine le surlendemain, je reviendrai en longueur sur son cas!

Rencontre avec Manuel Olivier. Très jolis Hautes Côtes de Beaune 12 (dégustées sous le manteau à Vosne!) et Vosne Maizières 13. On le rencontre de nouveau dans 15 jours pour affiner notre dégustation mais de très belles promesses.

Voila Aurore Devillard, qui présente ses Vosne du Domaine des Perdrix. Une découverte, on ne les connaissait juste pas! Autant les Nuits du Domaine nous sont très familiers, ainsi que ses Mercurey du Château de Chamirey et les Givry du Domaine de la Ferté. Mais les confidentiels Vosne… C’est énorme! Les Vosne Village et les Echezeaux sont grandissimes! A goûter chez nous très vite.

 

Comment

LES GJB 2016 DE CAROLE & DENIS - lundi 21 mars

Comment

LES GJB 2016 DE CAROLE & DENIS - lundi 21 mars

Arrivée lundi à Chablis sous le soleil.
On croise Jean-Marie Raveneau devant sa cave et on salue le maître de Chablis.

Beaucoup de monde. On goûte chez tous les copains - Guilhem Goisot, Romaric Petitjean, Pierre-Louis Bersan, Dominique Gruhier, Thomas du Domaine des Remparts… On retrouvera Didier Picq, plus tard dans la semaine avec ses purs Chablis.

Dans les nouveautés, on déguste les vins d’Isabelle et Denis Pommier avec une gamme de Chablis très réussis. On les retrouvera aussi plus tard dans la semaine un peu plus lancés dans les rues de Beaune après un dîner bien arrosé.

Belle dégustation chez Thierry Richoux, avec des Vaupessiot 08 et 10 en magnum magnifiques. Il nous promet également des 07!

Très joli Crémant chez Sophie de la Croix Montjoie dont on connait bien les Bourgogne Vézelay.

Déjeuner très agréable au Fil du Zinc à Chablis, avec un Chambolle 09 de Frédéric Mugnier pour se rafraichir le palais.

Le soir, on file à Morey pour une dégustation chez Laurent du domaine Hubert Lignier. Comme on est en retard, on a Laurent pour nous tout seuls ! :-))

On goûte tous les 14, très beaux. Mentions spéciales pour les Morey « Trilogie », Vieilles Vignes, toujours merveilleuses et les Chaffots, plein de potentiel. Le Clos de la Roche est parfait aussi.

Ensuite, magnifique verticale parallèle Morey Vieilles Vignes/Clos de la Roche en 10, 07, 02 et 96. Les Vieilles Vignes font de la résistance et ne cède finalement qu’en 96.

Pour finir, Chambolle les Baudes 90 pour se rincer la bouche avant d’enquiller sur Clos de la Roche 89 puis 76 ! J'ai cessé de recracher à partir des Clos de la Roche 2007, je suis donc de très bonne humeur, et me souviens avec émotion de l’incroyable fraîcheur du 76 : nez un peu discret mais bouche parfaîte, profonde fondue et fraîche. Une vrai jeune fille!

Comment

LES GRANDS JOURS DE BOURGOGNE (GJB) 2016 DE CAROLE & DENIS

Comment

LES GRANDS JOURS DE BOURGOGNE (GJB) 2016 DE CAROLE & DENIS

Retour sur les Grands Jours de Bourgogne (GJB) 2016 de Carole et Denis.

Il s'est passé tellement de belles choses qu'on va partager avec vous les meilleurs moments jour par jour en essayant de ne rien oublier!
On démarre, pour se mettre en jambe, par une jolie escale dimanche à la Côte Saint-Jacques avec un Clos des Lambrays 2007 absolument magnifique.
Et puis hop on passe au jour 1...

Comment